Voici un article du journal "le Télégramme" avec la photo du journal.

Il est suivi de "Guervoeur ou l'art de vivre en poésie", article écrit par Cécile Guiochon, donnant des échos de ce qui se passe au manoir de Guervoeur (ceci est écrit en 2006). A la fin figure un montage photo extrait d'une lettre de l'association la Traverse qui organise les rencontres à Guervoeur.

 

 

Guervoeur. Rencontre avec Jean-Marie Martin

 

 

J-M Martin-en-compagnie-de Georgette TonnelierReconnu en France mais aussi à l'étranger comme l'un des dogmaticiens les plus expérimentés dans la lecture des textes de saint Jean et saint Paul, Jean-Marie Martin, 87 ans, ne se lasse pas de venir à Guervœur. Sa dernière visite, ce week-end[1], témoigne de son attachement au lieu depuis 15 ans. « Ici, les portes sont grandes ouvertes. L'accueil et l'écoute sont les mêmes pour tous. Le lieu est enchanteur et le jardin sauvage ressemble à un petit Éden », apprécie le prêtre et théologien. « Auprès de cet érudit et infatigable chercheur, passionné par l'évangile de saint Jean, nous apprenons que la jeunesse et l'ouverture d'esprit grandissent avec l'âge », témoigne Georgette Tonnelier, hôtesse de Guervœur et animatrice pour « La Traverse »[2].

 

 ---------------------------------------------------------------------------------------

 

Guerveur ou l'art de vivre en poésie[3]

 

« Je me souviens que précaire signifie « qui ne tient que par la prière ». Alors Guerveur est un lieu précaire, dans le plus beau sens du terme ! », plaisante Georgette Tonnelier[4], fondatrice de l’association. Au pied du Menez Hom et de la presqu’île de Crozon, ancré sur la lande bretonne du Finistère, ouvert sur la baie de Douarnenez, voici Guerveur. Un lieu où, depuis 1995, des centaines de chercheurs, assoiffés de sens et de poésie, de philosophie, de théologie et de psychanalyse sont venus retrouver leurs forces et partager leurs trésors, dans l’intimité d’une ancienne demeure en pierre : Lytta Basset, Annick de Souzenelle, Mona Ozouf, Edgar Morin, Jean-Marie Martin, Jacques Legoff, Pedro Meca, Abdellatif Laâbi, Yvon Le Men, feu Paul Baudiquey...


Un domaine de 20 hectares permet d’enrichir son séjour d’activités bien terrestres liées à l’agriculture durable : parcours botanique, jardin de plantes médicinales, potager de légumes anciens...

L’écrivain Christiane Singer qui animait un stage « Constellations familiales » répondait à la question « Pourquoi venir à Guerveur ? » : « Je ne viens pas à Guerveur, je reviens. Guerveur est un lieu où l’on revient. »

Quelques familiers ont aussi répondu à cette question

  • ainsi Françoise Ascal, de saint Barthélemy : « On revient à Guerveur parce que la terre et le ciel, le feu et les plantes, les êtres et les livres tissent ensemble un foyer où la parole ose s’aventurer libre et fraîche. »
  • Charles Juliet, de Lyon : « Revenir à Guerveur, c’est retrouver la Bretagne, sentir la proximité de l’océan, goûter la saveur de l’amitié. » ;
  • Isabelle Ghazani, de Brest : « Je reviendrai à Guerveur pour y vivre la grandeur de ses espaces, du silence et des tempêtes, de la luminosité et de la brume. Tout y est changeant, vaste et harmonieux. J’y reviendrai pour revivre la profondeur du lieu et des échanges entre amis, si propice à l’écoute des tressaillements de nos vies intérieures ».

Pour les permanents, recevoir des hôtes (25 personnes maximum) à Guerveur, été comme hiver, c’est « entrer dans l’émerveillement de la rencontre. S’écouter, tisser des liens, marcher seul ou ensemble sur le chemin des douaniers, c’est découvrir au fil du temps, avec ceux qui reviennent, comme un esprit de parenté ».

article écrit par Cécile Guiochon, alors rédactrice au journal La VIE, dans un hors-série consacré aux "Vacances autrement".

 

 

                               L'écoute montage tiré de la Lettre 35 de la Traverse - Guervoeur



[1] Le week-end du 14 juin avait pour thème : « Rencontrer le Christ personnellement, est-ce possible aujourd’hui ? Une  relecture de la Samaritaine ». Les dates du prochain stage ne sont pas connues.

[2] Le lieu est le manoir de Guerveur - St Nic 29550 dans la presqu’île de Crozon. La maison de Guerveur regorge de coins et recoins, de limites à explorer (serre, bois, grange, ruines, véranda). Le confort y est modeste (la majorité des chambres sont collectives, de 2 ou 3 personnes) mais l’accueil généreux. Site : http://www.guervoeur.com/

[3] Texte trouvé sur le site http://yoga-associationmosaique.blogs.letelegramme.com et qui date de décembre 2006, légèrement modifié.

[4] Tél - 02 98 26 54 83 ou 06 82 00 82 12 ou par e-mail : georgette.tonnelier@wanadoo.fr