Voici deux schémas de référence pour suivre un peu ce que Jean-Marie Martin raconte quand il parle de la lecture que les  gnostiques chrétiens du IIe siècle font de l'évangile de saint Jean (en particulier du Prologue) et de lettres de saint Paul.

Le message Gnose valentinienne : Lieux fondamentaux, angélologie, chambre nuptiale. Citations d'Extraits de Théodote.  introduit à la lecture valentinienne et permet une première approche de cet arbre ; Les malheurs de Sophie la Sagesse. Extraits de la Grande Notice d'Irénée donne la suite et contient un autre schéma extrait du livre de François Sagnard, ancien professeur aux facultés du Saulchoir, La gnose valentinienne et le témoignage de saint Irénée, éd Vrin 1947. D'autres messages paraîtront sur ce sujet (tag gnose valentinienne).

Par ailleurs dans le cycle Plus on est deux Plus on est un qui est retranscrit sur le blog (tag PLUS 2 PLUS 1) il a été question de cette lecture gnostique lors des quatrième et cinquième rencontres (mais très rapidement). Cet arbre figure d'ailleurs à la fin de la transcription de la quatrième rencontre.

Lorsqu'il a fait ses études à l’Université Grégorienne de Rome, J-M Martin a suivi les cours du Père jésuite Antonio Orbe (1917-2003), et c'est celui qui l'a le plus marqué. Ensuite il a participé à des séminaires de Henri-Charles Puech et a travaillé avec lui et tout une équipe à la rétroversion de l'Evangile de la Vérité de copte en grec qui a donné lieu au livre de Jacques E. Mesnard (Plusieurs messages du blog portent sur l'Evangile de la Vérité dans gnose textes). Le Père Orbe a enseigné à la Grégorienne pendant 40 ans, de 1949 à 1992, il était spécialiste notamment de la théologie patristique des tout premiers siècles. On vient d'éditer en français une partie de son œuvre : Introduction à la théologie des IIe et IIIe siècles (2 tomes) Cerf 2012, coll Patrimoines Dans ce livre on trouve de nombreux passages concernant les Valentiniens. Il a écrit d'autres ouvrages sur les Valentiniens mails ils sont en espagnol.

  • Pour télécharger, imprimer, c'est ici  (avec seulement le premier schéma) : arbre_gnose

 

 Premier schéma avec seulement une partie des Éons du Plérôme

 

arbre de la gnose chrétienne

Légende  (les mots avant, après, etc.  ne sont pas à entendre au sens de notre chronologie):

1°) A gauche les noms masculins, à droite les noms féminins (Silence est un nom féminin). Dans chaque couple (syzygie) ils sont “un”, par exemple le Logos peut dire « Je suis la Vie ».

2°) De chaque couple émane le couple suivant. L'émanation de Christos / Pneuma survient après, c'est pourquoi il est mis en dessous.

3°) Abîme devient (en quelque sorte) le Père quand paraît le Monogène (le Fils). Au lieu de Père il peut être appelé Pro-Père ou Pro-Principe. Saint Jean l'appelle Dieu ou l'Insu.

4°) le grand cercle correspond au Plérôme qui est la plénitude des dénominations :

5°) Dans l'Ancien Testament Dieu (Théos) a de nombreux noms : Hashem (le Nom), Hamaqom (Topos, le Lieu)… Et ici le Fils a de nombreux noms : Arkhê, Monogène, le Nom, le Logos, l'Anthropos (l'Homme), l'Intellect (Noùs), l'Angélos (l'Ange), Topos (le Lieu)... Il correspond au Monde qui vient (Olam Hazeh ou l'Aïôn qui vient) contre-distingué de ce monde-ci (Olam habah ou cet Aïôn dans lequel nous sommes). Le mot de Père convient aussi au Fils puisqu'il contient la totalité des Éons.

6°) Les éléments du Plérôme sont appelés : dénominations, noms (fragments du Nom), Éons (Aïônés, fragments de l'Aïôn qui vient), logoï (fragments du Logos) ; angéloï (fragments de l'Angélos) ; topoï (fragements du Topos)

7°) Le Plérôme contient 30 Éons, Sophia (la Sagesse, Hochma en hébreu) étant le dernier. Elle aura une fille, Sophie II, qui sera appelée Achamoth.

8°) Ce schéma n'est pas toujours constant, il y a des variantes possibles.

 

N B Ce message vise à servir de repère mais ne prétend pas à l'exactitude ! Pour le premier schéma c'est la version du 30 janvier 2010, faite par Christiane Marmèche et Colette Netzer, revue par J-M Martin. Le deuxième schéma fait le 17 avril 2016 par Christiane Marmèche a été fait indépendemment de J-M Martin (la traduction des noms des Éons a été faite au mieux et peut sans doute être améliorée).

 

 

Deuxième schéma avec la totalité des Éons du Plérôme

 

Arbre valentinien avec Plérôme au complet

 

 Voici le texte d'Irénée (Adversus Haereses I, 1, 2 et 4) :

« Or, tous ces Éons, émis en vue de la gloire du Père, voulant à leur tour glorifier le Père par quelque chose d'eux-mêmes, firent des émissions en syzygie. Logos et Vie, après avoir émis Homme et Église, émirent dix autres Éons, qui s'appellent, à ce qu'ils prétendent :

  • Buthios (Abyssal) et Mixis (Mélange),
  • Agèratos (Impérissable) et Henôsis (Union),
  • Autophuès (Né de soi-même) et Hèdonè (Plaisir),
  • Akinètos (Immobile) et Suncrasis (Mélange),
  • Monogenès (Fils unique) et Makaria (Félicité).

Ce sont là, disent-ils, les dix Éons émis par Logos et Vie.

L'Homme, lui aussi, avec l'Église, émit douze Éons, qu'ils gratifient des noms suivants :

  • Paraclètos (Paraclet) et Pistis (Foi),
  • Patrikos (Paternel, semblable au Père) et Elpis (Espérance),
  • Mètrikos (Maternel) et Agapè (Charité, Amour...),
  • Aeinous (éternellement Intelligent) et Sunesis (Prudence),
  • Ekklèsiastikos (Issu de l'Ekklêsia) et Makariotès (Béatitude),
  • Thelètos (Capable de volonté) et Sophia (Sagesse) »

« Le Monogène émit encore un autre couple, conformément à la providence du Père, afin qu'aucun des Eons ne subisse désormais une passion semblable : ce sont Christ et Esprit Saint, émis en vue de la fixation et de la consolidation du Plérôme. »